Workshop "Paradis perdus"




  1. L'INHA, le centre André Chastel, le CNRS et l'association La Source du lion (Casablanca) organisent du 10 au 13 octobre 2018 un workshop à Benslimane dans le cadre du programme de recherche Paradis perdus - Colonisation des paysages et destruction des éco-anthroposystèmes.

  2. Cet atelier est associé au projet de village agroécologique que Hassan Darsi, La Source du lion et un collectif d'habitants du douar de Benni Aïssi (où se déroulera le workshop) développent depuis plusieurs mois.

  3. Lien vers le blog du projet : https://paradisperdus.hypotheses.org/

  4. "L’idée que la nature comme espace essentiel et vital de l’être humain a été contaminée à jamais par un processus irréversible de destruction fait naître de par le monde la manifestation d’un désenchantement qui dit qu’un équilibre fondamental à l’existence humaine a été rompu. Nous proposons la notion de « Paradis perdus », dans toute l’étendue de ses variations sémantiques comme fil conducteur d’une enquête transdisciplinaire sur la colonisation des paysages et ses répercussions sur les vies humaines et leurs représentations. Nombre de travaux relevant des humanités environnementales tentent grâce aux ressources iconographiques et textuelles de faire le récit de cette rupture. En amont il y aurait eu un autre monde à jamais perdu. C’est l’enseignement de ces travaux et les sources auxquelles ils font appel que ce programme souhaite distinguer et mettre en perspective. Ces sources sont pour certaines encore trop méconnues, notamment celles produites par les scientifiques – botanistes, zoologues, géologues, géographes, etc. – et les artistes qui ont accompagné, sans pour autant les soutenir, les déploiements coloniaux. Pour des raisons politiques et culturelles, de nombreux travaux scientifiques et artistiques de recensement iconographique ont été recouverts, abandonnés et oubliés. Ces travaux participent de l’idée qu’un autre paysage a existé, que d’autres représentations ont opéré. Et qu’ils sont à jamais perdus pour tous. Paradis perdus : colonisation des paysages et destruction des éco-anthroposystèmes"