Le toit du monde

2010-2111

Installation vidéo avec 6 moniteurs et lecteurs vidéo

Le toit du monde, c’est un jeu d’improvisations et de rencontres, orchestré par un processus qui prend sa source bien au-delà et pensé à la fois comme un projet et une installation. 

Le toit du monde c’est un assemblage : le ciel, la ville, le vide, les corps… Les corps qui appréhendent librement émotions, espace et absence de murs… Et au-delà des murs chargés de passé des anciens abattoirs, au-delà des enjeux et polémiques suscitée par cet espace désaffecté, agir, dans et par un projet qui s’installe où personne ne cherche à s’installer, sur un toit aux frontières juste matérialisées par le vertige.

Le toit du monde c’est une juxtaposition de corps qui viennent successivement s’expérimenter, se confronter, s’émouvoir et se mouvoir dans cette absence d’espace qu’ils font exister… Et si c’était aussi ce vide, cette ouverture sur la ville, sur le ciel, qui faisait réciproquement exister ces corps ? Cette imbrication, cette rencontre, juste mémorisée par l’œil de la caméra, ces performances sans public à ciel ouvert, sont autant de pièces d’un puzzle à l’infini, autant de complicités et d’expressions autour d’une même forme. Un regard sur un lieu, un quartier, une ville, ici ou là-bas, ailleurs… 

Là où danser sur les toits peut être un acte de résistance et d’existence.

(Florence renault)

The roof of the world is a set of improvisations and meetings, orchestrated by a process that originates beyond thought, and as both a project and a settlement. The roof of the world is an assembly: the sky, the city, the empty, the bodies ... bodies that capture emotions freely, space and lack of  walls ... And beyond the walls full of old past slaughterhouses, beyond the issues and controversies generated by this unused space , act in and through a project that settles where no one wants to settle on a roof border just materialized by vertigo. The roof of the world is a juxtaposition of bodies that come in succession to experience, confront, and move in the lack of space that they make real ... And if it was this emptiness, this opening on the city, on the sky, which made these bodies mutually exist? This interweaving, this meeting just memorized by the eye of the camera, these performances without an audience in the open, are all the pieces of a puzzle until infinity, both complicity and phrases around the same shape . A look at a place, a neighborhood, a city, here or there, elsewhere ... where dancing on the roofs can be an act of resistance and existence. (FRD)