Marhabane

Marhabane est une œuvre née du projet architectural de la gare LGV de Casablanca, une œuvre monumentale qui s’inscrit comme un point de repère dans une architecture résolument contemporaine s’étirant telle un pont sur le réseau de voies ferroviaire. Pour ce lieu de transit, Hassan Darsi a imaginé une œuvre qui en prolonge la fonction principale, accueillir les millions de voyageurs qui traverseront ses espaces, mais qui prolonge aussi le projet architectural par une passerelle symbolique.

Marhabane est une sphère de plus de quatre mètres de diamètre constituée d’entrelacs de bois doré assemblés en échafaudage. Une forme évidée en son centre laisse deviner les contours du continent africain, une Afrique dont le Maroc constituerait le point de jonction avec l’Europe, une jonction dont Casablanca deviendrait l’épicentre stratégique. Dans le vide laissé par l’absence de structure, flottent 29 mots et autant de langues, parmi les plus usitées en Afrique, pour souhaiter « bienvenue » aux voyageurs de passage. Une manière pour l’artiste tant de souligner l’appartenance africaine du Maroc et de signifier la dimension d’accueil d’une gare

Marhabane prend sa source dans la vocation même du lieu où elle s’inscrit en même temps qu’elle emprunte des éléments récurrents du travail de Hassan Darsi : la couleur or pour sa portée emblématique et son impact signalétique (« Or d’Afrique », « Jetée en or », …) ; la référence à l’architecture, au processus de construction et à sa dimension inachevée (« Des amulettes », « Chantiers en or », « Les réparateurs du ciel », …).