Fantômes

"Il y a tout d’abord cette matière noire, peinture industrielle aussi épaisse que résistante, issue de dérivés de pétrole. Il y a cette poussière d’or, à la fois évanescente et omniprésente. Entre les deux s’opère une alchimie... L’or noir et l’or jaune s’interpénètrent sans jamais vraiment se mêler, se jouent l’un de l’autre, se repoussent et s’attirent comme des aimants, dans une dualité de contrastes chimiques et organiques savamment orchestrés et distillés par l’artiste."

(extrait du texte de florence renault, avril 2016)